TEMOIGNAGE N°2 : UN HOMME D’ENVERGURE, UN HOMME D’ETAT

 N’GUILA MONGOUNGA NKOMBO :
Lorsqu’on observe l’actuelle classe politique congolaise, deux questions viennent immédiatement à l’esprit : y-a-t-il encore des grands Hommes au Congo ? La société congolaise serait-elle devenue une société où il n y aurait plus de place pour les grands Hommes ?
Le grand Homme (homme ou femme) est défini par son caractère extraordinaire qui le place au-dessus de la mêlée, par le primat absolu qu’il accorde au sort de ses concitoyens et à leur unité, enfin par une indifférence radicale pour la gloire et la poursuite d’intérêts personnels.
Parce que seules les qualités intrinsèques des individus déterminent leur accès à la « dignité », qualité étroitement liée au statut de « grand Homme », il nous est possible de dire, en réponses au questionnement ci-dessus, que le Congo compte parmi sa société civile et sa classe politique des grands Hommes. Toutefois, leur nombre est si restreint qu’ils sont devenus la « perle rare ».
Parmi ces rares hommes et femmes, figure en bonne place l’ancien ministre des Finances M. N’guila MOUNGOUNGA KOMBO qui a toujours été à l’avant-garde des luttes politiques indispensables à la prise en main par le peuple congolais de sa souveraineté, de sa destinée et de sa dignité quand celles-ci étaient menacées ou foulées au pied: dénonciation des dévoiements du système PCT ; initiation de la lettre ouverte ayant conduit (en conjonction avec d’autres éléments) à l’acceptation par M. SASSOU du multipartisme intégral et à l’organisation de la Conférence Nationale Souveraine (CNS); revendications pour le retour à la légalité issue de la CNS et l’impératif d’un dialogue national sans exclusif, dès les premiers jours de son exil consécutif au coup d’état de 1997.
Cet homme qui fait peur à plus d’un, a souvent été caricaturé et diabolisé, le traitant parfois de « tribaliste », parfois de « jusqu’au-boutiste », accusations qui du reste ne résistent pas à l’épreuve des faits : en effet, ceux qui le connaissent savent bien qu’il s’agit d’un patriote attaché à l’unité et à l’indivisibilité de son pays.
A ses détracteurs, il convient juste de dire que « l’histoire, ce témoin des siècles, cette lumière de la vérité, cette vie de la mémoire, cette maîtresse de la vie » finira par donner raison à ce visionnaire, à cet homme d’Etat qu’est M. N’guila MOUNGOUNGA KOMBO.
D’ailleurs, l’histoire est déjà en marche et vole au secours de M. N’guila MOUNGOUNGA KOMBO. En effet, les revendications sans concession qu’il était quasiment seul à marteler depuis le coup d’état de 1997, à savoir l’impératif du retour à la légalité issue de la CNS et l’organisation d’un dialogue national sans exclusif comme seules conditions au retour à la paix durable au Congo, ne sont-elles pas reprises aujourd’hui par nombre d’acteurs de la société civile et de la classe politique congolaises (même parmi les plus surprenants) ? 

Joseph KONGO 

Laisser un commentaire

Club Loisirs et Culture |
Meute Saint Vincent |
hanau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passer le PSC1 dans le Var
| La Zero de Fleurie
| GOUVIEUX