MESSAGE N°1: LA NECESSAIRE REFONDATION DE L’UPADS

upads.gifhttp://www.dailymotion.com/video/k48hUZCNDNqJYuMoYX

Chers compatriotes, Chers Amis,

Voici 11 ans déjà que notre pays a vu s’effondrer tous les acquis de notre jeune démocratie. L’histoire jugera ceux qui n’ont pas hésité pour assouvir leur soif de pouvoir à livrer notre cher pays aux hordes d’envahisseurs, de pillards et de voyous.
Le pouvoir actuel de Brazzaville, lourdement chargé d’indignité refuse de revenir à la source de refondation de la société démocratique qui s’appelle le Dialogue National. Il s’acharne à briser les familles, détruire les amitiés anciennes, déstructurer l’ensemble du tissu social.
II a érigé en dogme la division du pays sur des bases ethniques et régionalismes absurdes ; pensant ainsi éloigner durablement toute possibilité de reconstitution de la solidarité et du consensus national indispensables à la paix véritable et durable.
Il a aussi entrepris de récupérer par la corruption tous les partis politiques qui ont une réelle assise au Congo. Il voudrait passer en force de l’illégitimité à la légitimité en refusant de se soumettre aux valeurs qui fondent la démocratie et la République.

Chers compatriotes, Chers Amis,

La responsabilité de tout parti politique, véritablement engagé, est de s’opposer à ce processus de délitement généralisé de notre pays et d’œuvrer pour y mettre terme le plus rapidement possible.
Au lieu de montrer l’exemple, ces parties politiques offrent un spectacle de division et de querelles intestines désespérant pour nos populations qui attendent le changement, laissant penser que ces dirigeants politiques agissent pour leur intérêt personnel et non celui du Congo.
Je me permets en conséquence, d’évoquer la situation politique au sein de l’UPADS, Parti que je connais le mieux et dont je suis un des membres fondateurs.
Le comportement de bon nombre d’anciens dirigeants de l’UPADS est plus qu’étonnant. Au mépris de toute considération morale et éthique, ils se servent du nom du Président Lissouba comme fonds de commerce politicien, pour abuser les militants les plus fragiles à les accompagner dans leur dérive de positionnement personnel à tout prix, constituant ainsi une dot dont a besoin le dictateur de Brazzaville pour se maintenir au pouvoir.
Il faut noter avec grande satisfaction que les militants dans leur immense majorité ne sont pas dupes. Ils ont vite compris que ces prédateurs d’un nouveau genre veulent plutôt vivre du nom du parti, pour s’associer à la dictature de Brazzaville et reconstituer leurs ressources comme ils n’hésitent plus à le dire dans les chaumières de leurs partisans, souvent réduits au carré ethnique immédiat.
Comment expliquer autrement leur engouement à participer à la mascarade des législatives de l’année 2007 au scrutin des locales de juin 2008, pendant que les forces de l’opposition locale et même quelques groupements des FDU, proches du dictateur, ont refusé de s’associer à cette parodie à répétition.

Chers compatriotes, Chers Amis,

Le dépérissement grandissant de la démocratie et la dérive accélérée d’une partie de la classe politique nationale, notamment ceux qui ont une assise nationale comme l’UPADS, nous interpellent avec force et nous rappellent à notre devoir de militant car l’accumulation des méfaits du pouvoir est absolument ruineuse.
Nous ne pouvons pas accepter de voir notre pays, le Congo et sa population continuer à s’enfoncer, résignés dans une sorte de suicide collectif. La sauvegarde de la personnalité du Président Lissouba pour tout ce qu’il a apporté à l’UPADS et pour sa démarche très avancée, prometteuse pour le pays, nous oblige à relever la tête.
L’attitude de fermeté de l’immense majorité des militants restés profondément attachés aux idéaux et aux fondamentaux du parti, devant le divertissement navrant de ceux des anciens dirigeants qui ont choisi la voie du confort matériel immédiat, permet d’espérer un vrai sursaut collectif.

Chers compatriotes, Chers Amis,

Nous connaissons vos souffrances car nous les vivons ensemble mais éveillés et debout. Nous connaissons aussi vos espérances, nos espérances ; celles qui soulignent et caractérisent l’importance de l’UPADS, son rôle central au sein des forces patriotiques qui concourent à la promotion des libertés et de l’ordre social démocratique.
Pour donner à notre attitude de fermeté constante un sens historique positif, nous vous invitons à reconstruire ensemble les fondements de notre cher parti, par la mise en place d’une vraie alternative pour la refondation effective de l’UPADS.
Désormais dans la nuit profonde de l’oppression qui nous étreint, considérons cette alternative comme une lumière qui brille et nous guide.
Ensemble, protégeons-là, faisons-là grandir afin que renaisse l’espérance des populations qui nous ont fait confiance en nous portant au pouvoir avec le Président Lissouba en 1992.
Chers compatriotes, Chers Amis,
Nous avons tous, une dette envers notre pays, envers ceux qui sont nés avant nous pour tout ce qu’ils nous ont apporté. Nous avons donc l’obligation de réunir toutes nos intelligences et toutes nos forces, pour nous montrer dignes de notre pays et de ses précieuses ressources ; dignes de nos anciens, dignes toutes nos populations et des générations à venir.
Nous tenons comme une évidence absolue que tous les Congolais naissent libres et égaux en droit ; qu’ils sont dotés dans leur pays des droits inaliénables notamment : la vie la liberté, la recherche du bien être.
C’est pourquoi nous devons nous munir de courage et de détermination, pour que cette refondation soit le levier qui participe de façon décisive au changement du parti et du pays.
En prenant l’initiative du combat pour la reconquête des droits légitimes des congolais, nous devons nous engager de façon conséquente pour imposer avec les autres forces patriotiques du pays, le retour sans délai de la démocratie, de la paix véritable et durable.
La situation de profond désastre national dans laquelle notre cher pays est dramatiquement plongé ne peut plus durer. Le Congo-Brazzaville est exsangue : c’est un Etat ruiné où les rudiments de fondation de la nation, acquis de haute lutte, ont fortement décrépis.
Cette situation très préoccupante nous oblige à œuvrer ensemble efficacement pour créer les conditions nécessaires et suffisantes pour un véritable consensus national regroupant l’ensemble des forces vives du pays : politiques, associatives, syndicales et religieuses pour un vrai compromis historique, assis sur les principes clairs de la démocratie et de la république, pour redonner au pays les moyens de reconquérir les droits fondamentaux inaliénables, la dignité nationale et individuelle, la paix véritable et durable l’unité et la solidarité des citoyens.

Ensemble, changeons le pays pour construire la démocratie. Croyez moi, ce moment est proche.

Vive l’UPADS,
Vive le Congo Libre et démocratique,
Vive la République.

Laisser un commentaire

Club Loisirs et Culture |
Meute Saint Vincent |
hanau |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Passer le PSC1 dans le Var
| La Zero de Fleurie
| GOUVIEUX